Élévation



Laissant mon corps gisant, mon esprit s’élevait
Pour voler librement au sommet des nuages
Où l’homme disparaît le long du paysage,
Triste ponctuation des fleuves incurvés.

Là, le poète lit dans les formes abstraites
Et surprend dans leur lit la Terre sous le Ciel.
L’un en l’autre se fondent, et dans ce tête-à-tête
Les nuées se confondent aux neiges éternelles.

Glissant sous le soleil, une nue de flocons,
Éclairs scintillants tels des étoiles filantes,
Tire un voile vermeil sur cet hymen fécond.

Leur enfant blanc ressemble à la Terre vivante,
Montagnes et vallées, littoraux, vastes plaines,
Tout y est libéré de toute atteinte humaine.



http://www.vers-de-gris.fr/photo/img/elevation