Bologne



Du toit de la Torre Asinelli – si haute!
L’exquise Bologne s’offre – si appétissante!
À mes yeux: bordée de collines, un appareil
Brun-orange piqué de pépites vermeilles.

Je goûte ses ruelles, profondes et suaves,
Long mêlé-cassis de tons chauds que je sirote
D’arcade en arcade, à l’ombre de ces alcôves,
Délicieux refuge.

                     Je franchis une porte,
Et me laisse embarquer dans cette nef, rêveur,
À l’abri de hauts bords, couronné d’arcs-en-ciel
Éthérés, hui est toujours, ici est ailleurs.

J’accoste au paradis, cloître confidentiel,
Si près, mais préservé, j’ai découvert le cœur
Du monde. J’y repose paisiblement, au ciel.